Soirée grands mélomanes

Dimanche 13 Août 2017 - 19h30


Réserver en ligne

Dmitry Sin



Programme

  • Beethoven : Sonate op.111
  • Chopin : Quatrième Ballade op.52
  • Scriabine : Sonate n°3 op.23

Dmitry Sin est né en 1994 à Khabarovsk, dans l’extrême orient de la Russie. Il a commencé son enseignement musical à l’âge de 6 ans et il a immédiatement été reconnu comme un des pianistes les plus prometteurs de sa génération.

Dmitry Sin a terminé ses études à l’Ecole Gnessin (Moscou) pour enfants précoces, dans la classe d’Eléna Plyashkevich. En 2013, Dmitry a été invité à participer à l’Académie Musicale des Cimes de Val d’Isère, et a gagné une bourse pour faire ses études à l’Ecole Normale de Musique de Paris Alfred Cortot (Diplôme Supérieur de Concertiste) dans la classe de Rena Shereshevskaya.

Dmitry Sin est lauréat de plusieurs concours et festivals internationaux de piano. En 2011 il a gagné le concours international de Piano ‘Le Berceau de la Russie’. Il a également gagné le premier prix au Festival International de la Musique Slave à Moscou. Dmitry est lauréat du festival dédié à Vladimir Kraynev, faisant partie du festival ‘Les Grands Noms de l’Art’ et du Festival International des Jeunes Solistes de Moscou, où il s’est présenté avec l’orchestre symphonique dans la Grande Salle du Conservatoire de Moscou, ainsi qu’à la Cathédrale du Christ-Sauveur. En 2012 Dmitry a obtenu un diplôme du Concours de Piano Rachmaninov de Tambov (Russie) et en 2013 - devenu lauréat du Festival de Musique Romantique pour les Jeunes Musiciens de Moscou ‘Virtuoso’, où il a également gagné un prix spécial du Rotary Club de Moscou – une tournée de concerts en Italie.
Dmitry est boursier de la fondation internationale de Vladimir Spivakov, a gagné le Prix du Gouvernement de Moscou en 2011, a été boursier du Gouvernement de Moscou durant les années 2011 – 2013 et en 2013 il a gagné la bourse du Président de la Fédération de Russie. En tant que soliste, Dmitriy s’est produit avec l’Orchestre Symphonique d’Etat de Moscou de Dmitry Orlov, l’Orchestre Symphonique des Jeunes Musiciens du Théâtre Mariinsky de Saint Petersbourg (chef d’orchestre – Zaurbek Gugkaev), l’Orchestre du Ministère de l’Intérieur de Russie (chef d’orchestre – Igor Levandovsky), l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon (chef d’orchestre – Ami Flammer), et l’Orchestre Pasdeloup (chef d’orchestre – Pierre Walter).


Goran Filipec



Programme

  • Liszt : 4 Valses oubliées; Après une lecture du Dante
  • Verdi/Liszt : Miserere du Trouvère
  • Liszt : Six Grandes Etudes de Paganini

Goran Filipec, récent lauréat du Grand Prix du Disque de la Société Ferenc Liszt de Budapest pour son album Paganini Studies (Naxos Records, 2016), appartient aux musiciens qui gagnent a toute occasion les cœurs du public et de la critique internationale. Ce pianiste souverain à l'énergie fougueuse et à la personnalité artistique prononcée, cultive une affinité particulière pour le repertoire classique et romantique et les œuvres de haute virtuosité . Né à Rijeka (Croatie) en 1981, il a fait ses études au Conservatoire de Moscou, au Conservatoire Royal de la Haye, à la Hochschüle für Musik de Cologne et à l’Académie de musique de Zagreb, acquérant ainsi une solide expérience internationale, renforcée par de nombreux concours internationaux (Franz Liszt – Premio Mario Zanfi, Concurso de Parnassos, José Iturbi International Music Competition et Gabala International Piano Competition). Naum Grubert, Oxana Yablonskaya, Natalia Trull et Evgeny Zarafiants sont les pianistes qui ont le plus contribué à sa formation artistique. Il prépare actuellement un Doctorat au CNSM et à la Sorbonne, autour de l’héritage de Paganini dans le répertoire pour piano, sous la direction de Jean-Pierre Bartoli et Denis Pascal. Il se produit régulièrement en Europe, aux États-Unis, en Amérique Latine et au Japon. Ses débuts au Carnegie Hall de New York eurent lieu en 2006, suivis par des concerts à l’Auditorium de Milan, à la Salle Minato Mirai de Yokohama, au Palais des Arts de Budapest et à la Philharmonie de Paris. Plusieurs fois invité au festival Contemporary Piano Faces du Théâtre Mariinsky de Saint Pétersbourg, on a également pu l’entendre en 2015 au Festival Progetto Martha Argerich de Lugano, à l’invitation de la pianiste argentine. En se voyant décerner le Grand prix du disque 2016 par la Société Ferenc Liszt de Budapest, qui va même jusqu’à déclarer que « Liszt lui-même aurait hautement apprécié une telle interprétation », Goran Filipec s’inscrit dans la lignée prestigieuse des lauréats, à la suite de Vladimir Horowitz, György Cziffra, Alfred Brendel, Claudio Arrau, Zoltán Kocsis ou Maurizio Pollini.

Avec une technique qui fait oublier toutes les difficultés de ces morceaux, non content de restituer le frisson du direct, il le fait de manière désarmante et ludique. Un disque qui peut figurer en bonne place à côté de ceux de Graffman et Hamelin.

Jeremy Nicholas, The Gramophone